La patience en référencement

Le quotidien de chacun fait que nous savons tous être patients, nous savons tous rester patients quelles que soient les situations, au restaurant, dans les grandes surfaces, ou autres. En revanche, dès qu’il s’agit d’internet ou d’informatique, nous le sommes beaucoup moins. Pour un patron, elle n’est pas souvent présente, devant un ordinateur. Pour le client, elle l’est plus ou moins. Pour un référenceur, la patience est mise à l’épreuve, puisqu’il doit faire face à la sienne, à celle de ses clients, et celles de son patron. Autant dire qu’il a du travail !

En lisant cet article, nous expliquerons à quel point il faut savoir être patient, surtout à l’époque où l’on vit, où tout le monde est toujours pressé de tout avoir tout de suite.

Suite au lancement de votre nouveau site (ou projet), vous consultez Google Analytics et/ou les Outils pour webmasters de Google, et vous vous apercevez que votre site n’est pas visité. Quelle horrible déception !

Que se passe-t-il ?

Après vous être imaginé tout et n’importe quoi, vous allez vérifier que tout marche bien. Au final, vous vous rendrez compte que votre site n’est pas à recommencer, mais tout simplement, à améliorer. Peut-être manque-t-il des liens. En modifiant la balise <title>, ou en mettant en place des redirections pour les erreurs 404, peut-être aurez-vous davantage de résultats ? C’est tout au moins ce que vous pensez. A votre grand désespoir, vous constatez que rien ne change au bout d’une semaine. Là, grande question : « Qu’est-ce que j’ai pu faire qui ne va pas ? »

C’est à ce moment-là qu’intervient la patience. Au lieu de vous posez de nombreuses questions, et de vous mettre la pression, essayez de trouver la solution, car justement, la patience a ses limites, et concernant votre supérieur ou votre client, ils risquent de perdre patience. Ils ne comprennent pas forcément les désagréments de l’informatique, et ignorent donc que la correction n’a peut-être rien à voir avec les corrections, comme une modification effectuée par un développeur ou un graphiste. Si vous vous sentez incertain, les personnes qui vous paient se poseront beaucoup de questions à votre sujet. En faisant vous-même preuve de patience, vous saurez la transmettre, et tout rentrera dans l’ordre, même chez votre patron ou client.

Actuellement, les évolutions d’un site ou les performances de celui-ci peuvent être régulièrement suivies. Si rien ne bouge, cela a le don de faire perdre patience aux personnes qui vous ont confiées la mission. Leur expliquer ou les contenir est mission difficile dans ce cas-là, d’autant que les corrections effectuées demandent toujours un laps de temps avant de faire leur effet. Là encore, nous sommes face à la patience.

Lorsque votre patron arrive en furie pour vous demander pourquoi le problème de la baisse des résultats n’est toujours pas réglé, il faut que la personne en face sache être patiente. Dans ce cas, les choses s’apaisent, et cela pourra attendre quelques jours supplémentaires.

Concernant un autre client, son site a été entièrement remanié. Toutes les redirections 301 ont été installées pour corriger les pages vétustes, et le site a été relancé. Google a mis 4 semaines environ à supprimer toutes les anciennes pages de l’index.

Les modifications d’URL qui ont causé des erreurs 404, ont été effectuées dans la journée. Pourtant, chez Google, il a fallu plus d’un mois pour que cela soit classé.

Après toutes ces explications, il faut avouer que nous vivons dans une société qui vit à « 100 à l’heure ». Il faut tout, tout de suite. Les corrections sont faites tout de suite, mais les actions ne sont pas immédiates.

Chez les référenceurs, nous ressentons aussi de l’impatience. Des rapports de retour sur investissement sont faits. Pour ceux qui achètent le trafic, ce n’est pas difficile de démontrer leurs rendements. En revanche, le rendement sur le SEO n’est pas visible immédiatement. Le retour des modifications dans le référencement naturel est long, et le retour sur investissement l’est encore plus. Encore une fois : PATIENCE !

Une forte baisse de classement pour les sites, qui étaient bien placés, a été constatée au moment des dernières mises à jour de Google, car ils manqueraient de contenus. Certains ont donc changé ou modifié le contenu de leur site ou essayent de nouvelles techniques. Même si les nouvelles conditions de Google sont respectées, le classement ne change pas pour autant. Il faut un contenu pertinent, et non uniquement de la longue traîne.

N’ayant pas eu la patience d’attendre les retours de leurs changements, ils en ont trop faits, sans penser qu’une sur-optimisation d’un site, et trop de modifications en même temps peuvent semer le doute chez les moteurs de recherche.

Comment agir ? Avec de la patience

L’idéal, lors de changements, c’est attendre entre 1 et 3 mois pour savoir si la modification a été prise en compte ou non. Néanmoins, cela peut être rapide, et pour bien faire, vous pouvez commencer à regarder, au bout de deux semaines, si vous remarquez des changements ou pas. Ce laps de temps est bien pour vérifier que tous les paramètres fonctionnent bien. Au bout d’un mois, tout redeviendra normal, comme au départ, si aucun grand changement n’a été réalisé sur le site. Vivant dans un monde impatient, nous ne savons plus faire preuve de patience, et nous pensons bien faire en modifiant des tas de choses simultanément. Ce n’est pas la meilleure solution, et en plus, si l’on recherche la présence de changements, il est difficile de la repérer en agissant ainsi.

En analyse de statistiques, c’est la même chose. Si l’on n’a pas assez de données pour avoir le recul qu’il faudrait et pouvoir travailler avec, alors on n’a pas de résultats. Pour le changement des résultats dans un moteur de recherche, le principe est le même. Il faut laisser le temps à ce dernier d’ingurgiter tout ce qu’on a pu lui donner, et il le mettra en œuvre.

En conclusion, notez ce qu’il faut faire si vous ne semblez pas satisfaits de l’avancement des événements dans les résultats de recherche.

  • Vérifiez bien votre code, il faut qu’il soit parfaitement configuré.
  • Ne passez pas votre temps à l’entrer et le rentrer. Cherchez plutôt quelque chose de plus logique.
  • Posez-vous la question de savoir à quelle date vous avez procédé à des changements se rapportant au problème, pour la dernière fois ? Si la réponse est de moins de deux semaines, il vous faut patienter encore un peu. Dans le cas de changements plus importants, il faudra attendre jusqu’à trois mois.